Arabe | Anglais
Liens Utiles | Plan du site | Contactez Nous | FAQ | Aide |                                                                   

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

 |  Accueil  |  Qui sommes Nous?  |  Géologie d'Algérie  |  Espace Investisseurs  |  Promotion  |  Contrôle Minier  |  Actualités  |
Météo | Galerie Photos | Cotation des devises | webmail |    Recherche    
    Qui sommes nous ?     Evènements

L'Agence Nationale des Activités Minières (ANAM) a été instituée par la loi n° 14-05 du 24 Rabie Ethani 1435 correspondant au 24 Février 2014 portant loi minière. Elle est dotée de la personnalité juridique et de l'autonomie financière.
L'ANAM est chargée de la gestion du patrimoine minier, de la recherche et de la promotion minière ainsi que du contrôle des activités minières.

Géologie d'Algérie

Géologie du Hoggar

 

Hydrogéologie du Hoggar

L’hydrogéologie revêt une grande importance pour le développement de centres d’exploitations minières dans une région désertique comme le Hoggar.
Les recherches hydrogéologiques, menées par l’EREM entre 1969 et 1987 (Zerourou M. et Benoua E.H., rapport 620), se sont déroulées en deux phases, avec comme objectif :

• 1969-1973 : répondre aux besoins en eau potable des centres de vie comme Tamanrasset et In-Eker.
Les forages de prospection isolés, réalisés au cours de cette phase, ont été reconvertis en forages d’exploitation d’eau potable ;
• 1973-1987 : recherches d’importantes réserves en eau en prévision de la mise en exploitation de nouveaux gisements :

• Tirek et Tiririne (Au)
• Timgaouine, Abankor et Tinef (U)
• Bachir, Tin-Amzi-El Karoussa (W-Sn)


De vastes territoires ont été couverts par une prospection hydrogéologique avec estimation des ressources.
Toutes les régions situées à proximité des gisements ont été étudiées en détail avec estimations des réserves en eaux souterraines nécessaires au développement de centres miniers.
Les différents aquifères définis par ces travaux sont, par ordre d’intérêt décroissant :

• aquifère des grès continentaux intercalaires du Crétacé supérieur du Bassin de Tanezrouft (bordure SW du Hoggar) : les réserves exploitables sont énormes (très grande extension latérale et verticale de ces grès) ;
• aquifère des grès du Cambro-Ordovicien, des bassins de Tin-Seririne (bordure Sud du Hoggar) et de Tafassasset (bordure SE du Hoggar) : les réserves exploitables sont importantes (grande extension latérale mais puissance des grès variable) ;

• aquifères dans les basaltes de la région de Silet (centre Hoggar) : l’extension est faible car seules les alluvions anciennes des paléovallées remplies par les coulées basaltiques tertio-quaternaires sont intéressantes. Les circulations sont fissurales ;

• aquifères du socle cristallin : ils sont liés à la croûte d’altération et aux grandes fractures. L’extension des formations cristallines est importante mais la puissance de la croûte altérée est faible ;

• aquifères des alluvions anciennes et récentes du Quaternaire : les nappes des inféro-flux liées aux alluvions constituent des réserves peu importantes (faible puissance des alluvions et tendance généralisée à la baisse du niveau d’eau). De plus, les risques de pollution liés à l’activité humaine sont importants.
Les quatre grands ensembles aquifères peuvent ainsi couvrir largement les besoins en eaux de tous les gisements miniers découverts dans le Hoggar. Des excédents non négligeables pourraient même être dégagés pour un éventuel développement de l’agriculture autour de certaines localités.


 
Accueil | Qui sommes Nous? | Géologie d'Algérie | Espace Investisseurs | Promotion | Contrôle Minier | Actualités | Liens Utiles | Plan du site | Contactez Nous | FAQ | Aide |